1 - Tout savoir sur le compostage.

2 - Utiliser ses déchets verts et de cuisine au jardin

RÉDUCTION - VALORISATION

Des solutions pour les déchets organiques domestiques

1 - Le Compost.    Comment ça marche ?


  • Pour les déchets de cuisine et de jardin :

Le compost provient de la transformation aérobie de déchets organiques par le biais de micro-organismes.
Le compost obtenu se transformera dans le sol en humus, très utile en agriculture et en jardinage.
Plus technique que le paillage, le compostage exige également plus de manutention.
À l’échelle collective, le compostage se pratique sur des plates-formes spécifiques, dans des conditions réglementées.

  • Un point sur le processus

Les matières en compostage sont transformées, en présence d’oxygène et d’eau, par des micro-organismes (bactéries, champignons, actinomycètes) et des organismes de plus grande taille (lombrics, acariens, divers insectes). Les déchets se transforment en compost qui va contribuer à renforcer le stock d’humus du sol.
Au bout du processus de compostage, on obtient ce que l’on appelle un compost mûr qui a une agréable odeur de terre de forêt, une couleur foncée et une structure grumeleuse.

Comme dans les litières naturelles (en forêt ou dans les prairies), le compostage à domicile se fait le plus souvent sans élévation notable de température *.
La plupart des germes pathogènes, concurrencés par les microorganismes du compostage, sont cependant éliminés. Mais on ne peut pas garantir une hygiénisation totale et la destruction des graines. Aussi, il faut éviter de composter des végétaux malades ou des mauvaises herbes en graine car le compost pourrait
alors permettre leur propagation. * Contrairement à ce qui se passe lors du compostage industriel, au cours duquel la chaleur s’accumule dans les andains, provoquant dans la masse des déchets une montée de température qui dépasse 60 °C.

  • L’art de bien composter

La transformation des matières organiques se fait naturellement.

Mais pour produire un bon compost, il est nécessaire de respecter trois règles simples :

  1. mélanger les différentes catégories de déchets,
  2. aérer les matières,
  3. surveiller l’humidité.
  • Que peut-on composter ?

Tous les déchets organiques

Ils sont tous compostables, à différents degrés :
les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’oeufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés, etc. ; les déchets de jardin, s’ils ne sont pas utilisés pour le paillage : tontes de gazon, feuilles, tailles de haies, fleurs fanées, mauvaises herbes, etc. ; les déchets de maison : mouchoirs en papier et essuie-tout, cendres de bois, sciures et copeaux, papier journal, cartons salis (mais non souillés par des produits polluants), plantes d’intérieur, etc.

Attention !

Quelques déchets se dégradent plus difficilement que les autres et demandent quelques précautions : les déchets très ligneux ou durs (tailles, branches, os, noyaux,coquilles, trognons de chou, etc.) qu’il vaut mieux broyer avant ;les graines de certaines plantes (tomates, potirons, quelques mauvaises herbes) qui résistent au compostage et peuvent germer.
La viande peut être compostée. Il vaut mieux la placer en petits morceaux au centre du tas, hors d’atteinte des animaux. Les coquillages et les coquilles d’oeufs ne se décomposent pas. Mais leur usure apporte des éléments minéraux tandis que leur structure facilite l’aération.

2 - Chacun d’entre nous désire, à son niveau, faire un geste pour l’environnement. Pourquoi ne pas s’intéresser aux « biodéchets » de cuisine et de jardin ?

Nous en produisons chaque jour qui se retrouvent dans nos poubelles, alors qu’il est facile de ne pas les produire ou de les valoriser, surtout
si l’on dispose d’un jardin. Réduire le volume d’ordures ménagères et de déchets verts à traiter par la collectivité, produire un amendement naturel pour le jardin ou les plantes en pots, protéger le sol autour des plantations, nourrir des animaux… les avantages sont nombreux. Vous pouvez, à domicile, réutiliser pratiquement
tous les déchets organiques: épluchures de légumes, restes de repas, tontes de gazons, feuilles mortes, tailles de haies, etc. Leur valorisation n’est
pas réservée aux seuls jardiniers avertis et procure une vraie satisfaction personnelle. Vos plantations, en particulier, vont être ravies et elles vous en seront reconnaissantes!

Que faire de ses déchets de CUISINE et de JARDIN ?

Les déchets organiques représentent 40 à 60 % de la poubelle moyenne d’un ménage. Il est possible à la fois de les réduire à la source et de les transformer
pour diminuer les quantités à traiter par la collectivité. En suivant les conseils de ce guide, vous pourrez diminuer le volume de vos poubelles, limiter vos
déplacements en déchèterie et avoir sous la main des produits « maison » peu coûteux pour enrichir votre jardin, nourrir vos animaux domestiques, alimenter
votre barbecue…

De la cuisine au jardin, produire moins de déchets.
S’attaquer au gaspillage alimentaire


Chacun de nous jette 20 kg de nourriture par an, dont 7 kg de produits encore emballés. Globalement (agriculteurs, industrie agro-alimentaire, distribution, particuliers…), l’ensemble des déchets alimentaires jetés en France représente près de 90 kg par personne.
Certains gestes simples vous aident à limiter le gaspillage alimentaire: surveillez dès l’achat et par la suite les dates de péremption des produits. Dans un réfrigérateur bien rangé, il est plus facile de repérer les aliments à consommer en priorité ; évitez d’acheter des produits en trop grande quantité ;
imaginez des recettes pour cuisiner les restes ; conservez les aliments dans les conditions adéquates.

Réduire les déchets verts au jardin.


Au jardin, vous pouvez également limiter la quantité de déchets verts produits ou éviter de les jeter à la poubelle ou de les apporter en déchèterie,
en jouant sur les types de végétaux que vous installez chez vous : végétaux à croissance lente produisant moins de déchets verts, couvre-sols limitant la pousse des mauvaises herbes… ; en jouant sur des techniques de jardinage : moins d’engrais et d’arrosages pour limiter la croissance des plantes ; tontes, feuilles et brindilles laissées sur place ; diminution du nombre de tontes (mise en place de prairies fleuries, tontes sur certaines zones du jardin seulement…).
Réduire la production de déchets verts et les utiliser pour pailler votre jardin oufabriquer du compost vous évite des déplacements en déchèterie.

 

 

 

Des petits gestes bien utiles
Nourrir des animaux


Vous pouvez nourrir les animaux familiers avec des déchets de cuisine ou de jardin : les chats, les chiens, les poules avec des restes carnés, des produits
laitiers, du pain…les poules et les lapins avec des épluchures, des restes de pain, des déchets potagers, des tontes de pelouse… .
Ceci diminue la quantité de déchets organiques à traiter et limite ou évite l’achat de nourriture du commerce.
Avoir quelques poules n’est pas très contraignant, permet de diminuer le volume des déchets organiques et des insectes parasites du jardin…
et vous procure des oeufs frais. Réduire les déchets grâce à des poules Certaines communes proposent à leurs habitants des poules pondeuses afin de diminuer le
volume de déchets organiques dans les ordures ménagères. C’est le cas de Pincé dans la Sarthe : depuis décembre 2012, un tiers des familles de ce village
de 206 habitants a accepté d’accueillir une ou deux des 62 poules achetées par la commune et mises à disposition des
habitants.